BLOG

07/05/2018

Elle était là, d’apparence tranquille, assise sur son sofa avec une tasse de thé, à regarder son paquet de cigarettes, à regarder l’heure. L’heure à laquelle elle pourrait enfin prendre son premier verre et tirer une bouffée voluptueuse.

Elle n’avait, à ce moment-là, pl...

La patience est amère

Mais son fruit est douceur

Je ne sais plus que faire

Ça dure des plombes, des heures

Et quand je me relève

Que j'pose mon pied par terre

Mon petit coeur se soulève

"et si je restai à terre"

A force de langueur

De mes rêves en émois

Qui achèvent ma candeur

A...

Dans ces moments là,

Où l'on se remplit

D'un immense spleen,

Sans trop de raisons.

Dans ces moments là,

Où le coeur s'abîme

De toutes ses questions

En un tourbillon.

Dans ces moments là

Où, encore haletant

De lucidité,

Le regard s'aiguise.

" Couvrez-moi ce monde

Que je ne saura...

Mais aucune d'elles ne veut dépendre, De qui que ce soit, De quoi que ce soit Bien qu'aucune d'elles ne puisse défendre, Ni quoi que ce soit, Ni qui que ce soit.

Silence.

En savourer chaque instant.

S'habituer au silence, y faire le vide.

et l'emplir, doucement.

Mais vraiment doucement.

Silence total, silence des yeux, silence de la peau, silence des odeurs.

Silence des émotions. S'arrêter.

Prendre congé

De soi.

Se confier aux étoiles.

E...

ptimisation de notre espace temps Marchandisation de notre attention Nos choix ne sont plus; A croire que vos dieux se sont tous barrés Avec le libre arbitre et la dignité.

Texte écrit à l’occasion d’un projet vachement chouette et tellement humain, qui consiste à "tisser un lien invisible entre des inconnus grâce à une expérience épistolaire insolite."

Aride mon âme ces temps ci.
La faute à qui ?
A mes petits, et grands soucis ?

Désert mon futur, aujourd’hui.
Bien tapie dans le fond de ma nuit.
La faute à qui ?

Aux si.

Là, ici, maintenant. 
Hier, demain, aujourd’hui. 
En attente. 
Que quelque chose se passe. 

Pénombre. Fond sonore. Lueurs pourpres. 
Sensation de vide. 
Jusqu’aux liaisons de mes mots. 
Ni réel. Ni irréel. 
Ni en éveil. Ni en sommeil. 
Torpeur. 

Stupeur, dans ces mom...

2009 - sur les rives de l'océan indien.

Je me souviens… « je me souviens le départ ce matin là… », les paroles d’une chanson de Ménélik me reviennent à l’esprit. Plus de 10 ans déjà. Si peu et tant.

J’étais alors professeur de français à Maxixe, Mozambique. Dotora Sarà...

Please reload

Posts récents

07/05/2018

12/04/2018

29/07/2017

07/03/2010

Please reload

Archives
Please reload